Archives‎ > ‎

Manifestations sportives 2009-2010

Cette page contient les sorties des encadrants et adhérents (hors sorties de l'association) qu'ils souhaitent vous faire découvrir et partager


Le dimanche 4 juillet 2010 : Les 15km de la Drouette (Orphin)
Les résultats de cette course effectuée par les membres suivants :
Chantal : 1h29'16'' (224/247 et 2ème V3F)
Loïc : 1h22'15'' (210/247 et 60ème V1M)
Didier : 59'38'' (30/247 et 15ème V1M)
Joël : 57'06'' (15/247 et 9ème V1M)



Le samedi 26 juin 2010 : Foulées de la Cathédrale (Chartres)
Une des dernières sorties de la saison pour quelques encadrants de l'association sous une chaleur de plomb (départ 20h30) pour gravir 3 fois la côte qui mène à la cathédrale de Chartres (dur, sur !!!).
Les résultats sur 717 arrivants :
Ingrid : 46'13'' soit 351ème (14ème SEF)
Didier : 35'54'' soit 31ème (11ème V1M)
Joël : 35'20'' soit 21ème (8ème V1M)
Thierry : 40'41'' soit 147ème (60ème en SEM)
Résultats en détail : ici
Supporters des P'tites Foulées dans la côte : Valérie & Gérard !

Photos tirées de l'album de Bernard Germond disponible en version complète : ici



Le dimanche 13 juin 2010 : Course de la colline d'Elancourt (78)
Il y avait Didier des P'tites Foulées sur les 11,600 km de cette course avec un fort dénivelé (d'où son nom).
Il finit 17ème sur 116 arrivants avec un temps de 58'48'' (BRAVO !)

Ses impressions :

"Une course qui a perdu beaucoup de coureurs, car lorsque je l'ai fait en 2005 avec Joël, nous étions + de 300 arrivants.

Le parcours a complètement changé, on ne va plus dans Élancourt village, nous restons sur la colline et les alentours.

Un vrai petit trail, car il y avait + de 500m de dénivelé."

Photos de Jérôme Aubé (www.maphotographie.com)



Le samedi 5 & dimanche 6 juin 2010 : RAID d'Epernon (parcours aventure : 82 km)
2 P'tites Foulées (Joël & Thierry) pas fatigués de la course de Raizeux (12 km pour l'un et organisation pour l'autre), se sont lancés dès le soir même dans l'aventure (nom bien trouvé au parcours) du RAID pour sa 10ème et, hélas (!!!), dernière édition. Au programme : 3 courses d'orientation (8,12 et 13 km), 3 parcours VTT (12, 4 et 16 km), 4 parcours Bike & Run (1 VTT pour 2), canoë (4 km sur l'étang du château de Rambouillet)
Plus d'infos : ici





Le dimanche 15mai 2010 :  Bretagne Ultra Trail
(BUT)
Une course de 117 km (oui, oui, c'est bien cela !) faite par notre raideur de choc : Jean-Michel (son récit ici)

"Un parcours d'environ 120 kms. Un départ au pied d'un joyaux architectural niché dans la verdure : le site de Quelven en Guern (56).Un tracé vous menant à la chapelle du Guelhouit par la vallée de la sarre puis à Bubry en passage par le village de l'an mil de Melrand.Une première partie de parcours très sauvage et très verdoyante.Ensuite direction Plouay via les chemins de Bubry et du Bugul Noz sur le terrain d'entrainement de Christophe Malardé avec un section très technique . De Plouay vous repartirez à la conquête de la vallée du Scorff jusqu'a la carrière de Guilligomarch où nous vous inviterons à rejoindre les roches du diable et son site légendaire. Les bords de l'Ellé vous conduirons jusqu'au quartier historique de la basse ville à Quimperlé. La forêt de Toulfoen vous guidera jusqu'au Pont Saint Maurice . De la l'Océan vous appelle et les chemins côtiers vous ménerons sur une Plage du Pouldu en Clohars Carnêt (29)"
extrait du site : http://trailarmorargoat.canalblog.com/archives/2010/05/19/17948433.html




Le dimanche 23 mai 2010 :  Les gendarmes et les voleurs de temps (AMBAZAC)
Course nature de 32 km (2389 arrivants) courue par :
Didier104 ème en 2h47'46"
Joël : 92 ème en 2h45'31"
Valérie : 444 ème en 3h16'17"
Gérard : 1437 ème en 3h54'38"

Les photos :

Le jeudi 13 mai 2010 :  Semi marathon du Mans (21,1 km)
Didier et
Joël étaient présents sur cette épreuve et ont fait respectivement 52ème (1h22'01'') et 109ème (1h29'36'').
Le parcours :


Le dimanche 9 mai 2010 :  Interclubs à Chartres
Il y avait Valérie (3000 m et marteau), Joël (3 000 m) et Didier (5 000 m) qui représentaient leurs clubs respectifs afin de rapporter un maximum de points !
Impressions des coureurs ayant participé à l'épreuve : ici



Le dimanche 9 mai 2010 :  Marathon du Mont Saint Michel (42,195 km)
Près de 5 000 inscrits, 3 865 arrivants sous un soleil radieux mais avec beaucoup de vent (de face et de 3/4) tout au long de l'épreuve.
Parmi ces concurrents, il y avait
Chantal (1er marathon en 4h30 : BRAVO !!!) et Thierry (3h38) des P'tites Foulées .
Impressions des coureurs ayant participé à la course : ici
La vidéo de la course (départ du port de Cancale) :

Parcours et photos du retrait dossards (St Malo)
 Vidéo (retrait dossards)


Le dimanche 18 avril 2010 :  Championnats de France de 10km (VITRY SUR SEINE)
Valérie :  40'49"  124ème sur 407 toutes catégories (Junior, Espoir, Sénior, Vétéran F)
Joël : 38'49"  421ème sur 544 vétérans
Didier :   38'04"  391ème sur 544 vétérans
"J'avais les jambes qui allaient bien, mais malheureusement mon ventre était un peu trop plein. J'étais un peu trop scotché à la route. Dommage, il fallait que cela arrive lors des championnats de France. Tant pis on fera mieux l'année prochaine (à condition bien sur d'abord de se qualifier)"


Le dimanche 11 avril 2010 : " LA GUYANCOURSE" (10km) à Guyancourt
Ludivine 53'19" 278ème sur 379 ( 43éme féminine)
Ingrid 45'13" 111ème sur 379 ( 8éme féminine )

Le dimanche 4 avril 2010 : semi marathon de Fontainebleau
Joël  : 21ème en 1h23'35"  et 9ème vétéran   (7ème V1)
Didier : 22ème en 1h23'52" et 10ème vétéran (8ème V1)
"Parcours sympa dans le parc du Château de Fontainebleau et centre ville. Je ne connaissais pas ce semi. Ce fut une première. Je n'avais plus dans l'idée de faire un chrono sous les 1h21' pour  essayer de me qualifier pour les championnats de France. Suite à une méforme du moment à cause des dents. Cela m'apprendra d'attendre longtemps d'aller chez le dentiste. J'ai laissé partir Joël devant, puis au fur et à mesure de la course je me sentais de mieux en mieux. J'ai pu maintenir la cadence du début à la fin et revenir à quelques secondes de Joël. Voilà encore une course de plus à mon palmarès. Prochaine course le 18/04/10 pour les championnats de France des 10kms"
 Nos 2 athlètes
 Le film (Nathalie)





Le dimanche 28 mars 2010 : Course du château de Rambouillet (10 km)
Il y avait, sous une légère pluie
(bien pénétrante) mais sans vent :
Ludivine (56:35 soit 716/989 et 53/114 en SEF)
Isabelle (57:44 soit 750/989 et 72/146 en V1F)

Il est 7 H,  une oreille à l’écoute du temps «  oh non, il flotte. La météo cette fois, elle avait raison. 9H00 arrivée sur le site pour chercher mon dossard, déjà bien humide, mais bon voilà quand il faut y aller, on y va sans se poser de questions.Bon départ mais peut être un peu rapide pour mes capacités, ceci étant, je me dirige avec Ludivine sur la fameuse côte que nous avons déjà essayé sans trop de difficulté. Mais ce matin, ce n’était pas la même chose surtout que lorsque l’on a passé cette affreuse, les premiers Hommes nous ont doublé, ils volaient, c’est étrange !!..., c’est surtout cassant. Après pour ma part, j’ai un peu craqué, c’est là que Ludivine est partie  devant. Bref le premier tour c’était correct et le deuxième tour c’était mémère, impossible d’aller plus vite.57 m44, 10.393km/h. On fera mieux la prochaine fois, je pense que pour un 10KM il manque un peu de km en entraînement. Merci à tous les supporters, à notre caméraman Joël « S’il te plait, tu coupes certains passages »

Ingrid (45:21 soit 230/989 et 7/114 en SEF)
"Objectif personnel rempli pour cette course cette année. Merci à tout ceux qui m'ont encouragé et soutenu lors des entraînements et lors de la course pour que j'y arrive, sans vous je n'en serai pas là. Merci à cette association (aux fondateurs) qui a rendu tout cela possible."
Chantal (54:33 soit 623/989 et 2/10 en V3F : PODIUM !!! )
Frédéric (58:38 soit 777/989 et 186/197 en SEH)
Thierry (41:43 soit 104/989 et 46/197 en SEH)

Sans oublier nos "sup(re)porters" de choc : Joël et Didier !

 Le parcours (2 boucles)  Départ des hommes (didier)

 Départ des femmes (Didier)
Les P'tites foulées en plein effort (Didier)

 Les arrivées des P'tites Foulées (Didier)
 Les P'tites foulées en plein effort (Joël)



Le dimanche 21 mars 2010 : Course (10 km) de SARAN (45)
Gérard et Valérie.
Valérie :
"3ème femme en 39’44 : 2 grandes boucles 1 petite boucle beaucoup de relance et du vent un peu déçue pour le temps mais contente pour la place devant Christine Malo qui gagne en 38’ … ET Céline Sanchez en 39’28 parcours agréable malgré les relances bonne organisation maintenant pour moi un peu de relâchement en attendant les France pour les 10 km"

Le dimanche 14 mars 2010 : Trail des Vulcains
Jean-Michel nous livre ses (longues !) impressions sur sa course.
Bravo et merci à lui !

"Un petit tour en Auvergne, cela vous dit? Allez, venez avec moi je vous y amène.
Nous sommes le Dimanche 7 Mars, il est 8h30 et il fait -3°C à Volvic. Une petite neige tombe pour annoncer le départ du trail des Vulcains: 61 km à parcourir pour un dénivelé de 2400 mètres. Je pense mettre 8 heures environ.
Sur le départ, je retrouve des camarades d'Eure et Loir. Maurice Chenais (le gars qu'il ne faut jamais suivre car les distances supérieures à 100 km sont son lot quotidien) et la famille Chauveau, Nathalie et Frédéric (le gars que vous ne pouvez pas le suivre, il va trop vite!). Nous étions tous les quatre déjà présents l'année dernière au départ de ce trail. Pour ma part je pars enfin pour le trail long: l'année dernière suite à des problèmes de santé je n'avais pu aborder que le trail court (32km) qui fait 35 km tout de même cette année.
Mon choix vestimentaire pour aborder ce temps vigoureux: un collant long léger, une paire de gant, un maillot technique manche longue, une petite veste technique et pour démarrer un coupe vent plastique pour essayer de faire monter la température du corps assez rapidement.
Pan! C’est parti et tout de suite ça grimpe: il faut monter de 500m en 8 km environ sans voir un seul faux plat. Je suis parti avec Maurice mais au bout de quelques kilomètres, j'augmente la cadence et je lâche Maurice: nous n'avons pas la même foulée. Il y a de grandes chances pour que Maurice me rattrape vers la mi-parcours. La montée se fait en file indienne sur 2/3 files: la montée est Un peu encombrée, nous sommes 624 à partir. Tous les trailers "grands" et "petits" montent en cadence; Le parcours au début et à la fin sont identiques pour les deux distances. Ca y est la bête est chaude! J'enlève mon coupe vent en plastique, cela fait 20 mn que nous avons quitté Volvic. Je bois une gorgée d'eau énergétique (je suis parti avec deux bidons de 500ml). Génial, c'est quasiment chaud. Mes bidons sont au chaud sous ma veste technique. Il m'aura fallu une heure environ pour parcourir cette première montée. Enfin une petite descente. Mais en Auvergne, les descentes sont comme les roses: cela ne dure jamais très longtemps.
Dans la montée du Puy de Louchadière, je m'arrête. L'âge faisant, la vessie appelle à évacuer quelques excédents! Profitons-en pour se restaurer et prendre quelques photos. Vous ne les verrez pas elles ont été ratées. Il n'y avait pas suffisamment de lumière pour mon petit appareil photo. Par contre l'eau de mes bidons est devenue très très froide. Il faut dire, que les flocons deviennent de plus en plus gros et qu'il fait un froid de canard. Maurice ne pointe pas à l'horizon. Pas de Maurice, je repars. Un peu plus loin un de mes bâtons est devenu hors service: il faut dire que depuis un bon moment nous courons sur des parties gelées, la pointe a du se coincer dans un trou de glace et la partie basse est sortie de son logement. Le sol est archi gelé et dur comme de la pierre.
L'arrivée sur le premier ravitaillement aurait pu être une délivrance, mais, sacré nom d'un chien, ça caille! Les poches d'eau des coureurs sont gelées! Pas de possibilité pour eux de boire. Je m'informe de la température: -9°C. Je ne vous parle pas de la température ressentie: il y a un petit vent qui transporte très facilement les flocons (regardez les photos, il y en a une qui est très représentative). Bon le ravitaillement, nous sommes à Vulcania, consiste dans un premier temps à s'alimenter (thé chaud, bananes, etc,..) et dans un deuxième temps à réparer mon bâton avec l'aide d'un concurrent. Une dizaine de minutes d'arrêt, et, je suis complètement frigorifié avec un mal de ventre: les intestins n'ont surement pas apprécié mon eau glacée.

Je repars avec des mains gelées et des bâtons gelés mais avec de bonnes jambes. Vulcania est le lieu où les chemins se séparent: le trail long fait une boucle supplémentaire: je suis en 83ème position. Je tiens cette information d'un courageux auvergnat: J'en profite pour féliciter les personnes de l'organisation et les remercier très chaudement, car encadrer une course dans ces conditions il faut être sacrément motivé.
Le terrain est toujours très dur. Les montées, je les franchies selon la méthode du canard qui se demande qu'est-ce qu'il est venu foutre ici! Je vous explique. Cet hiver, nous avons eu beaucoup de neige. Puis il y a eu un court redoux suivi d'une période de glaciation (n'ayons pas peur des mots). Et bien dans les montagnes auvergnates, cela ce traduit par: tous les petits chemins étaient remplis de glace avec des feuilles collées sur ladite glace. Donc pour montée, j'utilisais une technique jusque là jamais adoptée: Votre corps se trouve au dessus du torrent de glace, vous écartez vos jambes de façon à ce que vos pieds trouvent un semblant d'accroche, les bâtons sont positionnés devant vous et tout aussi écartés que vos jambes. Le buste se trouve donc en avant et en appui sur les bâtons. Et vous avancez ainsi en espérant que les bâtons ne vont pas vous lâcher! J'entends des rires. Désolé, il n’y a pas de photo! Quant aux descentes, elles nécessitent un arrêt, une observation et un questionnement: où vais-je passer? Les bâtons ont un rôle prépondérant: ils sont là pour vous ralentir.
Bon reprenons le fil de la course. Malgré un climat hostile, la foulée n'est pas si mauvaise que ça. Mais au bout de quelques kilomètres, les mollets commencent à durcir, le dos souffre, les épaules sentent leurs muscles travailler et le ventre est toujours en dérangement. Sympa la promenade ! Une alerte surgit: l'adducteur gauche durcit. Je ralentis un poil. Les descentes deviennent difficiles à aborder. Dans mon dos, un concurrent se retrouve sur son séant. Je m'arrête et prends des nouvelles. Tout est OK. Nous repartons. 2 minutes plus tard, rebelote. Cette fois-ci, j'ai senti le souffle de ses trails. Tout va bien, mais cette fois je le laisse passer: pas envie de faire une séance de luge avec ce fou! A chaque fois qu'il faut poser le pied par terre il faut bien étudier le lieu de l'impact.  Dur, dur... A mon tour de copier la technique "JOUBERT": je sens que je perds l'équilibre, la jambe gauche se raidit, le mollet se crispe jusqu'à la crampe, je pivote et je me retrouve le nez et les bâtons dans la neige. C'est très long à décrire mais cela se passe très rapidement. Je me relève et étire ce bon dieu de mollet. Bon, l'état physiologique n'est plus très engageant: il faut réduire l'allure. Je repars doucement et chaque montée est abordée en marchant.
J'approche du pied du Puy de Dôme. Nous apprenons que nous ne pourrons pas en faire l'ascension: Descente trop dangereuse. Bon nous arrivons au ravitaillement. Rien à changer, il fait toujours très froid, je prends toujours du thé chaud et j'y reste une bonne quinzaine de minutes. Cette fois-ci les jambes n'ont plus de tonus, j'étire les jambes. Je repars clopin clopan. Je regarde ma montre. Bon au vu de l'état de la mécanique je devrais pouvoir le terminer en 8 heures. Mais qui veut aller loin doit savoir ménager sa monture.
Tant bien que mal je me retrouve au dernier ravitaillement. Nous retrouvons Vulcania. La partie plate précédente le ravitaillement, si si ça
existe aussi en Auvergne, a permis aux jambes de dérouler un peu. Toujours ce froid glacial, ce thé, ces bananes et cette bonne quinzaine de minutes d'arrêt. L'attaque du Puy des gouttes se fait en marchant mais avec une bonne cadence. De temps en temps, l'allure n'est pas trop mauvaise. Je regarde ma montre; bon, cela doit-être possible d'arrivée en 7h30. Puis, je ne sais pas quelle mouche m'a piqué, je m'arrête pour m'alimenter. Je bois cette eau glaciale mais à grosse goulée: en fait j'avais soif. Je prends une barre énergétique et une pastille "sportéîne" contre les crampes. Et là, la bête se réveille. Le Gévaudan n'est pas bien loin, juste derrière la chaîne des Puy. Les jambes commencent à dérouler dans les chemins verglacés. Je rattrape quelques concurrents. Les raidillons se
font toujours en marchant mais de façon plus énergique. J'estime qu'il me reste plus qu'une dizaine de kilomètres, je vais attaquer. Les jambes ont l'air de tenir le coup. Je prends même des risques: je dépasse les limites d'adhérence. Dans les virages, je sens mes trails chassées: ça dérape sur 2/3 foulées. Je me sers des bâtons pour stabiliser ma course dans les descentes.

Enfin la civilisation: un panneau indicateur sur un chemin balisé. Volvic 5,5km. Alors là cela fait chaud au cœur. Bon, mettons la surmultipliée pour tenter d'arriver en 7 heures. Les chemins verglacés sont dévalés à un bon 13km/h. Les bâtons sont plantés le plus loin possible pour maintenir une assiette correcte. J'ai l'impression d'être un funambule. Le bitume apparait synonyme de "la douche approche". Je remets des gaz: je donne tout ce qui me reste.je dois m'approcher maintenant des 14 km/h. La neige recommence à tomber. La chaussée se couvre d'une pellicule de neige. Rien ne m'arrête, enfin presque... J'arrive sur une portion où la pellicule est un peu plus dense. Je vois en bas de la descente une R5 qui essaye de montée. Puis, tout d'un coup je me transforme en snowboarder
sans sa planche. Je glisse sur 4/5 mètres pour finir sur une planchette japonaise. La bête pousse un cri: AAARGHHH! Et boom par terre à quelques mètres de la voiture. Le conducteur a du penser: celui-là il est pour moi. Le concurrent que je venais de doubler s'inquiète de mon état: mais plus de cri que de mal. Il me conseille de faire les bas-côtés. Je repars avec la même envie d'en finir et vite! Mais maintenant, quand apparait de la blancheur sur la route, je fais les bordures et je ralentis un peu: fini le brin de folie!

Enfin, la ville. La traversée parait longue. Le gymnase. Je passe l'arrivée en moins de 7 heures. Cette descente valait bien une chute
aurait dit Monsieur de la Fontaine. Voilà le petit tour d'Auvergne est bouclé en 6h57mn19s (95ème sur 210 arrivants). Mais au fait mon Maurice qu'est-il devenu? Je regarde son temps sur INTERNET:8h32mn34s, bizarre je l'aurais bien vu en 7h/7h30. La glace a du le refroidir. Effectivement, Maurice est tombé au début. Sa poche d'eau gelée lui a cassé une côte! Du coup, il a terminé avec sa côte douloureuse sur laquelle il est tombé une deuxième fois. Quant au couple Chauveau ils ont fait le petit trail: Nathalie (5h01mn24s) et Frédéric arrive en 20ème position (3h22mn22s). Le gagnant du grand trail est Bringer Patrick en 4h30mn39s!!!!

A bientôt JMichel"

 


Le dimanche 14 mars 2010 : Les boucles de la Seine à Elbeuf (76)
Course courue par Joël et Didier pour tenter la qualification (course officielle) sur 10 km (moins de 37 minutes !) et ..... pari réussi !!!
Joël : 65/535 au scratch et 17/121 en V1 en 36'14"
Didier : 66/535 au scratch et 18/121 en V1 en 36'14"
Soit une moyenne de 16,56 km/h sur les 10 km (respect ! et surtout BRAVO à ces encadrants !)
Didier : "Moyenne sensation lors du footing et des accélérations avant la course. Puis une fois le coup de pétard lancé, les jambes se sont débridées.

J'ai laissé partir Joel devant, car lui avait l'objectif de faire les minimas pour les Championnats de France qui auront lieu le 18/04/10 à Ivry sur Seine (dommage ce ne sera pas un long voyage). Joël est passé à une allure rapide au 1er km soit 3'27", je suivais derrière à 3'30". Je l'avais tout le temps en ligne de mire à peu près 50 à 60m. Les jambes tournaient bien, et j'ai pu revenir sur lui entre le 7ème et 8ème kilomètre. On a donc fini ensemble en 36'14". Objectif atteint pour les minimas qui étaient de 37'.

Nous voilà donc tous les deux qualifiés pour les championnats de France des 10km sous les couleurs de L'ES JOUY ST-PREST."

Joël :"Les jambes ont répondu présentes le jour J. Départ rapide mais allure régulière tout le long de la course malgré le vent. Je remercie Didier de son soutien moral et physique pour le final. Mission accomplie, nous sommes qualifiés pour les France !"



Agrandir le plan

Le dimanche 14 mars 2010 : Semi-marathon de Rambouillet
2400 inscrits et 2031 à l'arrivée dont Thierry (321 au scratch et 142/497 en séniors pour un parcours en 1h30)
Impressions :
"Météo idéale (pour une fois sur cette épreuve) sans vent ni pluie. Organisation au top comme à son habitude. Temps réalisé correspondant à mon niveau et à la forme du moment
:-)"


Le dimanche 7 mars 2010 : Championnats de France de cross LA ROCHE SUR YON
Près de 5 000 athlètes dont...
Valérie : course Elite E.S.V. Féminine qui arrive 30ème vétéran et 209ème sur 423



Le dimanche 21 février 2010 : Inter régionaux de cross (1/2 finale des Championnats de France) à Chambray les tours (37)
1 699 participants dont....
Valérie : 28/217 (6ème V1 et 1ère du département)
Didier : 154/300 (5ème du département)
Joël : 217/300 (9ème
du département)



Le dimanche 14 février 2010 : Semi-marathon des Lions (Bullion - 78)
Thierry : 1h31 - 135/1071 au scratch - 51/266 en Séniors
Impressions :
"Depuis 2007, je participe à cette course de début de saison car pas trop mal placée en terme de date (pas en T°C car -3°C au départ !) et surtout pour une bonne cause (profits de la course reversés à l'hôpital pédiatrique de Bullion). Encore une fois, j'étais parti pour la faire "tranquille", comme l'année dernière, mais pris par le mouvement et surtout par un pote ancien collègue de boulot (Sébastien) on a accéléré progressivement... :-) Bonnes sensations et content de moi."


Le dimanche 31 janvier 2010 : Régionaux de Cross à Onzain
Valérie : 10/103 (3ème V1 et 1ère du département)
Didier : 30/229 (4ème du département)
Joël : 40/229 (5ème
du département)


Le samedi 30 janvier 2010 : Trail nocturne de Soulaires (28)
Chantal (9km), Isabelle (9km), Jean-Michel (18 km) & Thierry (18 km)
Quelques photos : ici
Détail du parcours (dénivelé, GPS...) : ici

Chantal (9km) : 79/110
Impressions :

"J'avais participé l'an passé à ce trail, l'ambiance conviviale me plaisait beaucoup.J'ai souhaité le faire découvrir à une camarade (Isabelle) et je savais qu'elle pourrait le faire, c'est chose faite.Nous avons fait la course ensemble, comme convenu.Quelle ambiance, trop cool. J'espère que l'an prochain d'autres personnes nous rejoindrons.Nous avons 1 an pour travailler les dénivelés."


Isabelle (9km) : 80/110
Impressions :
"Premier trail de ma vie et en plus de nuit, donc très bonne expérience.Un parcours que je connaissais en grande partie par le VTT, qui est très joli et avec les lampions, c’était magique et très ludique. Je pense et j’en suis même sure qu’il va falloir travailler les côtes, parfois j’avançais plus vite en marchant qu’en courant !!! il y a du boulot !! Je voulais le faire en moins d’une heure et j’ai fait 59 min donc c’est cool. Par contre impossible de dormir, je crois que mon corps a refait la course !! et plein de courbatures ce matin !! C’est le métier qui rentre ; pas facile la vie….Je suis très contente et je tiens à remercier Chantal qui m’a soutenu tout au long du parcours ; Gros mercis

Merci au P’tites Foulées, sans cette association, je n’aurais jamais couru ce trail, c’est important des clubs comme les vôtres."


Jean-Michel (18 km) : 48/136
Impressions :
"Soulaires: le choix entre 9 et 18 km. Je m'inscris pour une petite ballade de 18km. J'attends à quelques mètres du départ lorsqu'une pesante main tapote mon dos: c'est celle de Thierry, votre Webmaster. Thierry veut aborder le trail tranquillement, juste pour s'entraîner. Bon, je vais essayer de suivre ce lièvre. Avant de partir, un petit échauffement: ce serait un peu bête de se blesser sur un 18 km! Bon le speaker nous fournit des indications: le vieux comme le jeune ne comprennent pas grand chose, la sono est inaudible. Bon de toute façon, on fait comme d'habitude, on suit la troupe. Pan! C’est parti pour 18km, l’allure tranquille de Thierry fait cracher les poumons de Jean-Michel (heureusement qu'il n'y a que 18 km!). 4km plus tard, je laisse filer Thierry avec ma lampe frontale à la main: la c......e elle s'est de nouveau détachée. Je me laisse une paire de kilomètres pour récupérer de ce démarrage en trombe. Je peux profiter du balisage à la lampe à huile: sympa, j'aurais pu prendre des merguez pour mon ravitaillement. Il ne reste plus que 12km, il faut penser à allonger la foulée. Beaucoup de plats et quelques côtes qui se font à des vitesses supersoniques (cela me change des 75km de l'Origole). Vers le 8ème km, dans les bois je fais une sortie de route. Je stoppe à temps entre deux arbustes à qui j'offre mon dos. Pas de mal, tous les concurrents qui me suivaient se sont arrêtés. Nous reprenons la piste. 10ème km, dans une descente engagée à fond (je ne vois toujours pas le dos de Thierry), la cheville se met à l'équerre. A la foulée suivante, le pied gauche est toujours présent et accroche le terrain: pas de bobo malgré une petite douleur. 8 km, allez maintenant c'est tout le reste à bloc. Enfin le v'là ce faux plat montant qui est sensé casser après le petit raidillon. Pas long et plutôt court pour ma vieille carcasse. Ce n'est pas du goût de tout le monde, j'en profite pour doubler: et bien oui, en haut de la côte je marchais, et alors, mes poumons ne pouvaient pas évacuer assez d'air. Satané asthme! Je continue de rattraper, au compte goutte, des concurrents, et, toujours pas de Thierry en vu. Il court vite ce gamin! Déjà l'arrivée pointe. Ca été si vite pour moi que je n'ai même pas eu le temps de me ravitailler, juste une petite goulée d'eau dans une côte. L'arrivée se fait au sprint! Nom de Dieu, je rajeunis.

Bon bilan: j'ai décalaminé toute la tuyauterie, le tracé était tout de même joli. J'arrive, je ne sais pas à quelle place ni en combien de temps. Le speaker me demande mon avis: trop court et trop roulant. Il me propose de le refaire dans l'autre sens. Je lui réponds "Pas de soucis".
Finalement je termine 48ème sur 153 partants selon le speaker."

Thierry (18 km) : 32/136
Impressions :
"Comme le dit Jean-Michel, j'étais parti pour faire ce trail en mode "cool", en découverte et entrainement pour celui de Droue du 20/03 prochain. Finalement, pris par l'ambiance et étant parti calmement (merci Jean-Mi), j'ai pu accélérer progressivement. Un petit coucou à un couple de l'asso de Droue, à l'organisateur du RAID d'Epernon en les doublant (finalement la CAP fait connaitre pas mal de monde).
Bref, parcours super technique avec de belles grosses bosses (celle du 8ème km en marchant : trop pentue et terrain trop meuble à mon goût). 300 m avant l'arrivé, un gars me propose d'aller rattraper les 2 devant : Ok, on y va ! Seul pb, il n'avait pas mesuré la distance restante...les 2 restent devant et il peine à finir. Je l'encourage du mieux que je peux et on termine ensemble sur la ligne.
Je suis en train de me changer à la voiture quand je reconnais la voix moqueuse de Jean-Mi dans le micro. Pas pu le revoir après à la soupe (oignon ou vermicelles) qui était la bienvenue.
Truc bizarre : mon GPS indique 16,14 km pour la course mentionnée à 18 km (peu importe, BRAVO aux organisateurs et MERCI aux nombreux bénévoles).
A peine rentré et douché, sur le PC (bein oui, on ne se refait pas) à récupérer le parcours du GPS et à l'envoyer aux organisateurs : sympas, ils  mettent l'info sur leur site pour en faire profiter les autres (http://vtt-trail-soulaires.over-blog.com/).
Même sensation qu'Isabelle en ce qui concerne la nuit : les muscles qui refont la course :-) "


Le samedi 5 décembre 2009 : Trail de l'origole (78)
Jean-Michel (75 km - 300 partants) : 38/110 arrivants en 11h11min20s
Impressions :
"Bon ça y est, j'ai mes 4 points pour participer à l'UTMB. La machine est lancée, je suis préinscrit.

Bon revenons sur mes 2 derniers points acquis à la force des cuisses. L'Origole ou le trail qui vous fait plier! Les chiffres: 75 km à parcourir avec un dénivelé positif de 2000m. 300 partants et 110 arrivants dans les délais! Le premier, M. Lefebvre Sébastien, arrive en 8h08et 39secondes. Tandis que votre porteur de sable arrive à la 38ème place en 11h11 et 20secondes avec au compteur 9 chutes et pas une seule crampe!
Tous les participants sont d'accord: ce trail n'est pas dur, il est terrible!

Sur le papier, la 1ère boucle est facile: 30km et 600m de dénivelé. Les 500 trailers (200 sur la petite boucle de 30km) se lancent dans la rue du Perray: il est 22 heures. Le premier 1/3 un très beau trail sur l'humus qui se fait à 10/11km/h sur le plat. Ca monte raide, les bâtons me permettent de doubler et de doubler et encore de doubler: c'est qu'il y a du monde et je suis parti parmi les derniers avec mon collègue du lycée. Après la boue, des rigoles à monter et à descendre, de la boue, des rigoles à monter et à descendre, de la boue et ainsi de suite. Dans les trous, on s'aide parfois: le premier se fait pousser au cul pour monter ces rigoles, ensuite il tend la main à celui qui placé sa main sur son séant! Les coureurs sans bâton n'ont pas intérêt à se retrouver seul dans un trou. Enfin une petite partie bitumée (blues du trailer), les cuisses sont heureuses. Mais, ici, on ne rigole pas longtemps: l'humus laisse trop souvent sa place à la boue. Enfin la fin de la boucle s'annonce: c'est tout plat mais..... Toujours boueux et le vent est de la partie. Je tente de courir dans ce bourbier: pas moyen de tenir le cap. Il faut donc marcher en attendant le bitume qui va nous ramener au gymnase (lieu du ravitaillement).
J'arrive au bout de 3h43 et 49s en 84ème position. J'ai les cuisses un peu meurtries: il a fallu sans cesse sortir les pieds de la boue ou rattraper les écarts des jambes. Une soupe nous est proposée: j'en prends 3 verres. Je fais le plein d'eau, je mange un peu. je prends mon temps. Je repars 10 minutes plus tard, et, sans faire un mètre j'ai grignoté quelques places: je signe le registre de départ en 65ème position. Je vais tenter de conserver cette bonne place

Sur le papier, la 2ème boucle est la plus dure: 1200m de dénivelé et 22 km dans les Vaux de Cernay: de l'escalade avec des descentes brutales (très techniques) au milieu des rochers. Je garde mes bâtons et je pars tranquillement (je ne vais pas prendre de risque, et marcher dès qu'il y a des difficultés). Je me fais plus doubler que je ne double. L'organisme a fatigué le cerveau: je pense un instant à abandonner. Mais, Jean-Michel, tu sais pourquoi tu es venu: il te faut ces deux points pour participer à l'UTMB! Je m'alimente: un bout de saucisse sèche, une compote de pomme, une pastille "Sportéine" et une barre énergétique; et ça repars tout doucement.. . Piège à la sortie d'Auffargis, une chaîne entre deux piliers, me propulse par terre: Je ne l'ai pas vue. Je vous rappelle qu'il fait nuit noire vers 2/3 heures du matin. Je signale aux bénévoles ce défaut de signalisation et je repars. Le tibia me chatouille un peu: j'ai du enlever un peu de vernis! Effectivement, Auffargis reste Auffargis: des murs à monter (une échelle est même prévue sur le parcours, mais ils auraient pu en mettre d'autres!). Je me réalimente. Le "peps" revient, je dois être en 70ème position. Bien pratique ces bâtons, ils me permettent de descendre ces passages abruptes comme un petit vieux: tranquillou... Génial, après les passages sadiques la boue réapparait et ce n'est pas un enchantement. Rebellote: le retour plat boueux et venteux. De plus mes réserves d'eau sont vides et il me reste plus d'une heure de course à effectuer. J'ouvre deux compotes de pomme pour compenser. Il m'aura fallu plus de 4 heures pour faire ces 22km: je suis pointé en 54ème position pour 8h04 et 50s et dans un état physique très acceptable. J'ai l'impression d'avoir reposer un peu mes jambes! Bonne idée de s'entraîner avec du sable dans le dos!
Je reprends mes 3 soupes et prends le temps de discuter avec les bénévoles: déjà plus d'une centaine d'abandon. Le gymnase accueille des coureurs couchés le regard vide mais plein de boue! Je mange, presqu'une orgie: j'ai faim, très faim, et, j'ai aussi soif, très soif . Je refais le plein de mes deux gourdes. Et c'est reparti!

Sur le papier, la dernière boucle est roulante: 24 km et 200m de dénivelé. Je repars heureux: je viens de signer le registre et je suis en 49ème position. Sur 300 compétiteurs, c'est un résultat inattendu. Au bout d'environ 1km, je gueule: quel con!!! Et oui je suis reparti sans mes bâtons. Demi-tour, il faut que je les récupère si je ne veux pas rester au fond d'un trou boueux. J'arrive au gymnase pour récupérer mes bâtons et là on me conseille de ne pas les prendre. Sébastien Lefebvre me conseille vivement de les laisser: ils vont te gêner, c'est très roulant. Bon, je repars donc sans et avec un objectif: retrouver ma place de 49ème. Ca y est les jambes déroulent sur un terrain pâteux... Je rattrape, je me colle un peu derrière et puis double sans forcer: roulant, c'est vrai que c'est roulant. Puis la boue revient, les rigoles reviennent. Mais je continue de décompter: je dois être en 45ème position. Suis-je capable de continuer ainsi? Ah il fallait bien que ça m'arrive: j'ai loupé une balise. Il faut faire demi-tour: c'est con ça monte! Du coup deux concurrents sont passés devant de moi. Je fais l'effort pour revenir le plus rapidement possible sur eux. Je les colle pendant quelques minutes et les double. Un me suit: on fait cause commune. On rattrape d'autres concurrents. Ah, et v'la ti pas qu'on fait des zigs et des zags dans une rigole pleine d'eau. On sort finalement de cette rigole après avoir lavé nos mollets à l'eau froide. Mon collègue n'est pas très heureux. Je pense, moi, que c'était pour laver nos chaussures: effectivement, elles ont retrouvé leur couleur d'origine! Mais cela ne va pas durer. Nous suivons, entre autres, des pistes pour les cavaliers qui nous obligent à marcher: il ne faut pas gaspiller de l'énergie. Je repars et continue à doubler les quelques rares concurrents qui tentent de s'extirper de ce trail boueux.

Je finis cuit mais heureux d'avoir terminé cette épreuve! Sacré nom de chien, je finis 11ème vétéran avec mes points pour l'UTMB.

V'la un petit conte qui aurait pu être de Noël!?!

Je vous souhaite à tous de joyeuses fêtes."
 JMichel


Le dimanche 29 novembre 2009 : Cross de Saran (45)
Didier (cross long 8335 m) : 4/40 en vétérans
Impressions :
"J'ai pris un bon départ, j'ai essayé de maintenir l'allure. Faiblesse au niveau de la butte, car là je reperdais un peu et je reprenais un peu plus tard mais trop tard par rapport à d'autres concurrents. Au final la place de con, mais bon c'est quand même toujours bien bon à prendre une place de 4ème en Vétéran. Dire que je faisais les fins de pelotons lorsque j'étais jeune..."

Thierry (cross court 3265 m) : 25/37 au scratch
Impressions :
"Merci au sapin (en l'ayant rasé) de m'avoir fait gagner quelques places au départ. Bonnes conditions météo (c'était pas gagné). Beau parcours avec de l'herbe. Un conseil, éviter la raclette (pardon coach !) la veille...les jambes s'en souviennent :-)"

Nous n'avons pas été bons en ce qui concerne la vidéo (DVD plein, piles HS...), mais voici quand même nos exploits...filmés avec l'appareil photo de Didier

Départ didier

Course de Thierry


Détail : ici


Le mercredi 11 novembre 2009 : Cross de Seresville
Participants : Valérie (2/9) , Joël (14/43 cross long), Didier (3/43 cross long) et Thierry (13/29 cross court)


Autres photos de la course (réalisées par le club organisateur) : ici

Bravo Didier !!!



Le dimanche 18 octobre 2009 : Le marathon de Vannes
Participants : Joël, Didier et Thierry
Résultats : Joël (3h27), Didier (abandon au 10ème km contracture), Thierry (3h27)
Beau temps (pas de vent), parcours avec du dénivelé (centre ville, début de la seconde boucle), Pasta-party réussie (en compagnie de voisins des alentours d'Epernon).
Départ avec feu d'artifice + hélicoptère pour filmer (des stars !)
Nuit passée dans un camping (rave party la nuit à qques km rien que pour embêter Joël).
Micro-onde+chauffage=coupure d'électricité dans le bungalow à 6h15 du mat...
Détails du parcours avec le GPS :
ici

Le dimanche 18 octobre 2009 : Le 50 km des dômes
Course faite par Jean-Michel
Ses impressions et son résultat :
"
Les 50km en Auvergne se sont pas trop mal passés. J'ai du réduire un peu la cadence car j'ai eu quelques alertes aux crampes après le 30ième kilomètre. 
Pour les amateurs du 10km, je suis passé en 52mn et 45s ,mais, avec un dénivellé moyen de 4,5%. Au 25ième km, je suis passé en 2h07mn. Quant aux amateurs de marathon, c'est au bout de 3h36mn00s que j'ai vu le panneau 42,195km.
Finalement, j'ai passé l'arrivée en 4h 18mn et 00s (temps officiel). Le premier a eu le temps de prendre sa douche et de festoyer car il a mis 3h17mn22s.
Je me retrouve en 25ième position sur 126 partants dont 121 arrivants. Ma vitesse moyenne est d'environ 11,6km/h pour un dénivellé de 1000m environ."

Le dimanche 11 octobre 2009 : Les 20 km de Paris
Course faite par Thierry DENIS
Résultat : 01:35:49 soit  3909 / 21984  au scratch et 1078 / 5113 dans sa catégorie

Le dimanche 4 octobre 2009 : course de Lucé : "Les foulées Lucéennes" (5 & 10 km).
Il y avait des p'tites foulées :
- Valérie (10 km : 2ème féminine et 1ère de sa catégorie)
- Ann-Ingrid (5km :1ère féminine)
- Véronique (5km : 1ère féminine de sa catégorie)
- Didier (10 km : temps canon !)
- Sébastien (10 km)
- Thierry (10 km)....reparti avec une pompe à bière gagnée à la loterie des dossards :-)
- Gérard (en tant que speaker qui a fait de la pub pour les p'tites foulées !!!)


Le dimanche 13 septembre 2009 : Semi-marathon de Bois d'Arcy (683 arrivants)
Site : rumba.athle.org
Parcours : boucle_generale_semi.jpg
Participants : Didier (25ème en 01:21:47), Gérard (282ème 01:38:58)

Le dimanche 30 août 2009, course nature "La forestière" à Belhomert de 11,3 km.
Didier (18/170 en 44'37") et Thierry (46/170 en 47'21") y étaient (en préparation du marathon de Vannes du 18 octobre)
Parcours en détail : ici

le dimanche 23 août 2009, Jean-Michel a participé à la course "Relais des châteaux" en Bretagne (Ploezal) : 72 km avec 3100 m de dénivelés cumulés. Sur 41 partants, 34 étaient à l'arrivée. Jean-Michel met 7h49min30s : BRAVO !!!
Il empoche ainsi 2 pts sur 4 pour pouvoir participer à la course mythique : l'UTMB
Les photos :