Jean Origole 2014

Résumé du Grand Trail 84 km plus un km gratuit

Après avoir profité des derniers instants en compagnie des copains et copines du club, il est temps de se préparer et de vérifier que tout semble correct équipement (bande fluorescente lampe frontale, gourde et camel bag buff et gants plus barres de céréales   ainsi que le nécessaire préconisé par le règlement.

Quelques photos du groupe sont faites et enfin nous nous présentons sur la ligne du départ il est 22h00  J’évite de penser que pour certains d’entre nous ce sera trois boucles différentes et consécutives avec heureusement un passage obligé au gymnase du Perray en Yvelines.

Dès le départ il faut de suite gérer sa vitesse sans se laisser influencer par le nombre de participants qui ne font pas tous le long trail. D’où effectivement le coup d’œil nécessaire sur les dossards que l’on double. Rouge étant le point de repère pour la longue distance. Je perds assez rapidement mon ami d’entrainement qui doit être devant.

Deux gros bouchons au début du parcours boisé nous freinent assez longuement avant de repartir enfin et pour de bon.  La température très fraiche mais pas de pluie annonce une nuit pleine lune très favorable à cette course nocturne.

Cette première boucle appelée d’Orlande (675m de dénivelé 30km) bien gérée ne présente en effet pas de difficultés sérieuses assez roulant, peu de boue et pas beaucoup de dénivelé le retour au gymnase pour un ravitaillement à ne pas négliger se passe dans le calme juste le temps d’échanger quelques mots avec certains participants du même niveau et bien sûr avec Jean-Michel déjà là mais pour moi rien de plus normal cet animal est très fort et a beaucoup d’expérience il suffit de consulter son site. Sans tarder je repars en laissant mon ami au ravitaillement en me faisant biper par une charmante dame à la sortie du gymnase. Sur cette première boucle je me souviens en effet avoir aperçu ce magnifique étang de Hollande ainsi que le Château des Mesnuls.

La deuxième boucle dite Coupe Gorge ne fait pas souffrir par son relief mais la présence de boue sur tout le long (22 km 700  225 m de déniv) cette boucle entame moralement et physiquement aussi car il n’y a pas un endroit qui permet de poser normalement ses pieds à deux ou trois reprises je me suis demandé si je ne finirai pas absorbé totalement par la boue dans un bruit de succion effrayant en tout cas sans perdre mes pompes de trail. On commence à s’enfoncer dans la nuit et l’on voit beaucoup moins de monde les lampes frontales aux éclairages si différents de l’une à l’autre qui vous rattrapent ou que l’on rejoint apportent un réconfort moral et vous fait oublier ce parcours tortueux, laborieux qui n’offre aucun moment de relaxation, vous êtes en permanence en lutte pour garder contact avec le sol sans aller à la chute. Ne me demandez pas ce que j’ai retenu ce second parcours, si juste le retour plus que bienvenu au gymnase au chaud. Nous avons eu droit en prime à 1km gratuit suite à une erreur d’aiguillage, nous étions une vingtaine de coureur dont une femme à chercher notre chemin non loin de ce satané gymnase.

Tiens Jean Michel n’est pas encore arrivé.

Je l’aperçois enfin avant de repartir sur cette troisième boucle (30 km mais 1600 m de déniv)

Le départ cette fois est plus difficile il fait très froid et les gants ne sont pas de bonne qualité trop vieux et usés ne protègent plus grand-chose, mes doigts sont gelés. Par contre pas de douleurs ni de crampes et surtout un bon moral. Un magnifique clair de lune transperce la forêt remplace presque la lampe frontale. On est de plus en plus isolé et les rencontres entre coureurs de plus en plus rares. Le parcours avec son relief très accidenté et ses casses pattes sans répit commence à entamer les genoux (les bâtons d’habitude autorisés ont été interdits cette année). J’attends avec impatience le lever du jour (encore une heure environ à tenir avant de changer d’ambiance). Un long silence règne avant le lever du jour qui arrive enfin. Le froid se fait sentir un peu plus.

Un regroupement de trois coureurs que je préserve un bon moment, à l’annonce de quatorze km restants je sais qu’il va falloir alterner course et marche car plus assez de ressources physiques mais les petites douleurs aux genoux dues aux incessantes montées descentes (pire que des montagnes russes) se sont estompées.

Après un bon moment à alterner marche et course, nous finissons enfin ce grand trail en courant avec un autre concurrent sympa au gymnase dans un grand soulagement d’avoir réussi sans beaucoup de dommages. L’accueil au gymnase est plus que chaleureux. Tellement  heureux d’avoir non seulement fini mais en plus d’être pas trop mal classé. 63ème sur 159 100 abandons….Et tout çà en perdant une vingtaine de places sur la fin (14km à piocher).mais sans regrets….

Souvenirs visuels du coin, les magnifiques vues de l’abbaye de Cernay nuit comme jour.

Bravo à tous ces bénévoles qui ont bravé le froid durant toute cette nuit rien que pour nous et notre confort. Bravo à ces 5 femmes classées devant moi incroyable, elles sont tout simplement fantastiques, bravo aux 4 V2  étant le 5ème.

10 mn à peine après arrive Jean-Michel que j’attendais avec impatience mais il parait plus entamé.

Voilà en gros le résumé de cette magnifique course en attendant de nouvelles aventures…..