JMB 2014 Semi Chartes

Cette fois-ci, nous profitons d’un temps très clément : Jérôme, aujourd’hui, va ni ressembler à un pingouin au milieu de l’Arctique ni à une éponge au fond de l’océan. Le bonheur pour tout le monde.

             9h15, nous nous retrouvons devant le véhicule de la CHL. Fermé et personne. Pas de panique Les goélettes ne sont pas là, allons récupérer les dossards. Nous devrions les voir assez facilement. Nous récupérons nos dossards mais pas de CHL en vue. Retournons au camion. Personne. Où sont-ils passés ? Eric le sait : Il les a vus mais ne nous a rien dit. Cette matinée ne démarre pas bien. L’équipe manque de cohésion !!! Punition pour Eric. Il doit retourner les voir pour faire savoir aux bénévoles de la CHL et à notre hôte (Jérôme) que nous sommes bien prêts et là. Au retour d’Eric ça chambre, ça blague ; Tant pis pour la cohésion de l’équipe…

             Présentation de l’équipe de bras cassés : Gérard (le patron, ça se voit sur la photo : Il est au centre de la photo et pas rigolo le gars), Valérie (la femme du patron à droite de la photo et sage come une image. Elle a plutôt intérêt au vu de la tête du patron. Note du rédacteur : suite à cette digression je crois que je vais prendre 2 blâmes ! Espérons que le patron ne lise pas l’article…), puis de gauche à droite les tireurs : la femme de Frédéric (j’espère que je ne me trompe pas. Je ne souhaite pas engendrer des distensions… Je rassure la communauté, il n’y a eu aucun signe de connivence entre eux.), Frédéric, Franck, François, Eric (Celui qui ne dit rien !), Jean-Yves et Denis (le patron et la patronne font partis des tireurs) et derrière les pousseurs : Joël et Jean-Michel (le raconteur avec la casquette au couleur du CHL : L’orange vous aurez bien compris). Et au milieu de la meute, notre Jérôme. D’ailleurs il faut être bien courageux pour faire confiance à cette équipe là ! Ou totalement inconscient !

            Nous nous plaçons devant la ligne d’arrivée et à une centaine de mètres de la ligne. Nous partons un peu en avance, 2 minutes environ. Il ne s’agit pas de gêner tous les concurrents. Le convoi s’en va sous les applaudissements et les encouragements de la foule qui se presse sous les arches. Le 1er pousseur est Joël. Et ça va pousser fort, je connais mon Joël. C’est inutile de lui dire : « Ne pars pas trop vite ». Car il vous répondra : « Oui, de toute façon ce n’est pas encore la pleine forme ». Et au bout de 1 kilomètre, juste après le raidillon, une vitesse est atteinte : 13 km/h. Comme dit Joël « ça va couiner ». C’est le patron qui couine : « Ca va trop vite, il faut ralentir ». Il a raison. Pas besoin de mettre en place la règle N°1. Ah….. Vous ne la connaissez pas ?!? Le patron a toujours raison même s’il se trompe. Une brève descente s’amorce. Je parle de la vitesse bien entendu. Bon on se cale sur un petit 12,5km/h. Très rapidement le 1er nous rattrape. Les premiers relais s’opèrent : Franck remplace Denis, Frederick remplace Gérard et ainsi de suite. Je relève Joël un peu plus loin. Jérôme ressent toute de suite la différence de pousseur ; Oh ce n’est pas que l’un est un peu plus fort que l’autre. Juste que j’ai tendance à souffler dans les oreilles (et non pas dans les bronches. Jérôme est sage !) de notre hôte.

            La course est bonne enfant. Nous blaguons pas mal. Normal. C’est le début de course. L’équipe a retrouvé sa cohésion : Les relais se passent naturellement et tout le monde y va de sa petite plaisanterie. Les bras cassés tiennent le rythme. Les changements de pousseur se font sans le moindre défaut d’azimute. Il n’y a que les décibels qui identifient les relais. Nous venons de parcourir 5 kilomètres à une moyenne de 12km/h. Le ravitaillement s’approche. Joël reprend les commandes pour me permettre de partir chercher du ravitaillement. Attention je ne vais pas ramener cochonnaille et fruits secs. Mes camarades vont devoir se contenter d’un unique verre d’eau ! Je suis le premier à étancher une petite soif. Pas question de batifoler. La goélette n’est pas bien loin. Je fais mon petit tour de la goélette afin de servir tout le monde. Le dernier à être servi c’est Joël. Ce n’est pas qu’il est puni. Mais il faut que je le remplace tout en lui en faisant passer son verre et ceci sans renverser ni le verre et ni Jérôme.

            Il faut se rendre à l’évidence nous ne pourrons pas tenir très longtemps à ce rythme là. Le GPS informe : 11,9km/h. C’est encore trop. Nouvelle réduction (pas du salaire, je vous rappelle que nous sommes des bénévoles) de la vitesse. 11 km/h. Nous sommes tous guillerets. Les bras et les jambes de l’équipe se portent bien pour le moment. Je trouve que mes camarades maîtrisent bien leur sujet. Je n’ai à rattraper quelques rares défauts d’équilibre et surtout je n’ai plus le poids de goélette et de notre hôte sur les cuisses. J’ai connu ça dans les années antérieures. Je peux vous assurer que cela gonfle les cuissots. Nickel, ça roule pour tout le monde. Cette année, je tente des photos en course. Le résultat est médiocre : La photo est floue. J’aurais du positionner l’appareil photo en mode « sport ». Le temps d’exposition est plus court pour éviter le flou lié au mouvement. Je ne suis pas encore prêt pour me faire engager dans le quotidien « L’Equipe » !

            Le premier tour se termine. Le 11 km/h est maintenu. L’équipe (pas le journal, mais l’équipe de bras cassés) commence à parler de record. Nous proposons à Jérôme de battre le record de l’épreuve (détenue par les Petites Foulées Sparnoniennes). Oui, c’est le nôtre. Faut dire que le nombre de goélettes est quelque peu restreint. Pour le moment nous sommes les seuls à concourir au semi-marathon de Chartres… L’objectif est de descendre en dessous de 1 heure et 50 minutes. En attendant il faut maintenir le rythme. De nouveau, le ravitaillement approche. Je redonne les commandes à Joël. Et je repars. Les concurrents du semi sont quelques peu dégoutés : A 14 km/h ça déménage. Je refais le plein de liquide : Le bonhomme d’abord, puis les verres pour les copains et la copine. Je m’en retourne les mains chargées de verres. Je devine quelques regards envieux. Désolé mais c’est une commande réservée !  Une fois encore les tireurs reçoivent leur obole et une fois encore nous réussissons l’échange des pousseurs.

            Au 15ème kilomètre, nous retrouvons le petit faut-plat montant suivi de petites bosses. Cette fois-ci, cela pique un peu les jambes : La vitesse se rapproche des 10 km/h. Le dernier ravitaillement approche. Je me contente d’un 13km/h. Peu pas plus ! Ca commence à couiner… Le ravitaillement fait, Jean-Yves et Gérard haranguent la troupe. On reprend un peu de vitesse. 11km/h. Je ne dis rien mais je fais l’effort de suivre. On ne pas non plus couper en deux morceaux la goélette et notre Jérôme en deux : Ce n’est pas prévu dans le contrat avec la CHL ! Les relais des pousseurs se font plus courts : Joël a des douleurs dans les bras et moi dans les cuisses. Plus que un kilomètre, Denis souffre de sa hanche. Joël prend ma place et moi celle de Denis tandis qu’une nouvelle fois nos deux pilotes de tête relance la mécanique. A l’unisson tout le monde suit. La vitesse est grisante. L’arrivée est là et augmente l’adrénaline de tout le monde. Nous voyons le chrono : Il affiche 1h49mn et une poignée de secondes. Ca nous booste. On en remet un petit coup : Nous atteignons les 14km/h. Faut faire moins d’1 heure et 50 minutes. Nous sommes enregistrés en 1 heure et 50 minutes, un temps tout rond ! Même pas 1 heure et 49 minutes et 59 secondes. Jérôme est content. L’équipe est contente. Une excellente matinée de partage de plaisirs sous un climat radieux : La joie à l’état pur. Le record est tombé avec une vitesse moyenne de 11,5km/h. Il n’y a plus qu’à attendre l’année prochaine pour récidiver.

            Ou on peut réitérer ce partage en se donnant rendez-vous aux foulées de la Cathédrale le 28 Juin afin de continuer la communion entre Chartes Handisport et Loisirs, les Petites Foulées Sparnoniennes et les petites montées de la Cathédrale…

            Vous pouvez aller lire l’article de Pauline à l’adresse suivante :

http://chartreshandisport28.fr/spiphandisport/spip.php?article487

            Ou aller sur le site de Chartres Handisport et Loisirs :

http://chartreshandisport28.fr/spiphandisport/

            Ou vous préparer pour une course d’heure. Rendez-vous le 6 Juillet aux foulées pour la CHL. Voir l’affiche sur le site suivant :

http://lachl.monsite-orange.fr/

A bientôt

JMichel

Comments