JMB_ADAINVILLE_2015

Le 04 octobre 2015, le C.A.J. a organisé la première édition du Trail du Haut Planet au cœur de la Forêt de Rambouillet.

Cette information me fut fournie par ma collègue : C’est son club.

 

Trois distances sont proposées:

            Trail DES ROCHERS D'ANGENNES (35km, 424m de D+), Trail DE LA VALLÉE AUX GRÈS (20km, 251m de D+) et Trail DE LA FONTAINE BLEUE (12km, 196m de D+) et le 12km est ouvert aux marcheurs nordiques.

            Je ne suis pas du genre à réfléchir ; J’opte pour le 35 kilomètres. Allons voir sur le site glaner quelques informations. Ouah quel relief de prime abord ?!?  Mes yeux se jettent sur la photo du dénivelé. Le CAJ a un peu forcé sur l’échelle : Plus grosse montée 45 mètres : En 5 foulées s’est avalé !!!

            Lieu du départ : Départ d'ADAINVILLE (78113) Le Plan du Mesle Lieu-dit Le Mesle. L’adresse est enregistrée dans le GPS. V’là une invention bien pratique. Sans lui je n’aurais jamais trouvé le lieu du départ. Réellement un trou paumé de l’Ile de France entre Gambais et Epernon.

            Je retrouve notre Titi Campion (merci à notre webmaster) accompagné de camarades de Droue. Ils se sont inscrits sur le 20km. Les fainéants !.....

            Bon ce n’est pas tout, mais l’heure tourne et le départ approche. Ces petits trails partent toujours très vite. Il faut que je me dépêche. Je me place au fond pour ne pas être entrainé par les bolides de service. J’ai l’âge de mes artères alors inutile de se placer en première ligne. Les jambes sont en pleines formes. Hier, je suis allé à l’ancienne carrière de Gas travailler les côtes : 490 mètres de dénivelé, 23 bornes en 2h40. C’est parfait pour éroder mon fight spirit et du coup, je ne devrais pas partir trop vite.

            Nous sommes sous une brume et avec une température plutôt clémente pour une balade de 35 bornes.  Caler en fin de peloton je devrais éviter les montées d’adrénaline. Pan, devant c’est parti. Ma tactique de positionnement est battue en brèche : Je fais les bordures et en 300 mètres je passe de 9,8km/h à 13,1km/h. Le cerveau a encore perdu le contrôle des jambes. Il faut une côte pour remettre tout le monde d’accord : je pointe à 8km/h en haut de la butte. Mais de suite après la première difficulté, la mécanique est relancée. A ma décharge,  le trail est très roulant avec des chemins très propres : Donc propice aux foulées amples. Ma vitesse oscille entre 13,5 et 14km/h sur les chemins d’Adainville. Forcément les poumons expirent à chaque foulée. Ma respiration casse le silence de la forêt. Comme d’habitude, les participants se retournent. Quelle est cette chose qui respire  à en mourir et qui nous rattrape ? Pas le temps de leur expliquer. Une suite de petites bosses hachent mon rythme. Néanmoins mes jambes répondent toujours présentes. Je ne ressens aucun stigmate de ma sortie d’hier. Mon train n’est pas vraiment celui d’un sénateur… Les 26 premiers kilomètres sont avalés à une vitesse moyenne de 12,1km/h de moyenne. Au 30ème kilomètre, grande nouveauté : Crampe sur les fessiers. Je suis dans la mouise : aucune nymphe des bois pour me masser !!!! Je m’arrête. J’étire lesdits muscles, seul donc, et tentent de les ramollir. Mon postérieur est plutôt arrangeant. Je peux redémarrer assez rapidement. Cette fois le cerveau prend possession des commandes : Le rythme est réduit. C’est dommage car la fin de parcours est agréable. Des « singles » ponctués succèdent aux « coups de cul » justement !!! Je rappelle pour les lecteurs novices qu’un « single » est un petit chemin étroit et qu’un « coup de cul » n’a rien à voir avec mon anatomie mais est une montée très raide. Nouvel arrêt. La même partie de mon corps se crispe encore. Serait-elle entrain de demander un massage ? Toujours pas de nymphe dans le secteur… Décontractons ces hauts de jambe. Je repars. 10km/h. Puis 11 et enfin 12km/h. Un coup de barre et ça repart. Pas pour très longtemps. L’arrivée est là. Je passe la ligne d’arrivée en moins de 3 heures.

            Mon GPS m’informe que le parcours a une distance de 33 kilomètres pour 445 mètres de dénivelé positif. Quant à mon ressenti, trail trop roulant pour moi. Cela fait une bonne sortie tout de même pas très loin d’Epernon. Des trails accessibles pour les petites foulées sparnoniennes.

           Je termine à la 40ème place sur 139 arrivants (6ème V2 sur les 24 arrivants) en 2h50. Ma vitesse moyenne a été de 11,6km/h. Tandis que le premier (le meilleur des bolides : 14,2km/h) Nicolas Duhail termine 2h18.

JMichel

 

Ċ
Thierry Campion,
21 déc. 2015 à 11:27
Comments